Joël Qu’est ce que c’est ?
Auteur-Compositeur Interprète, membre de la SACEM, multi-instrumentiste enseigne le banjo, la basse (son instrument de prédilection), le chant, la guitare et le piano
La Méthode Daniel Aperçu détaillé ici
Premiers pas vers la musique à l’âge de 6 ans, grâce à l’organiste du village. Joël fait l’apprentissage du piano et de l’orgue en jouant sur un harmonium. Plus tard, à 9 ans, il prend des cours de solfège en cours individuel, ce qui lui permet d’avancer beaucoup plus vite que s’il s’était trouvé dans une classe de solfège traditionnelle.D’autant plus, que son professeur est très exigeant. A 12 ans, il reçoit sa première guitare et joue ses premiers accords dans le club de jeunes de son village. Son niveau de solfège l’aide à avancer très vite et il s’achète des livres de guitare classique qu’il dévore en peu de temps. A 14 ans, il fonde son premier groupe avec des copains de collège. Ils ont trouvé son nom dans une partition : Dry Joker». Le groupe se produit dans les kermesses d’écoles mais est très vite remarqué et en peu de temps, il anime d’abord des mariages, puis des bals. Le groupe tournera sur les routes pendant presque 10 ans. A 16 ans, suite à son premier job d’été, Joël s’achète une basse. Il en rêve depuis des mois et pense que la qualité musicale de Dry Joker s’en trouvera améliorée. Malgré leur réticence du début, les autres membres se rangent à son avis. Il prend des cours à l’Ecole de basse de Michel Surgot, mais il doit le plus gros de ses progrès «sur le tas» grâce au fait qu’il doit reprendre avec Dry Joker, les tubes qui font danser. Ses compétences en écriture musicales l’amènent à écrire les partitions de chaque musicien que ce soit les claviers, mais aussi la trompête ou les saxophones. Bientôt, il ose présenter sur scène les chansons qu’il écrit depuis son enfance. Tandis qu’il encadre des colonies de vacances, il se spécialise dans la chanson pour enfants. Ses chansons sont alors inspirées des enfants qu’il encadre. Un jour, on lui demande d’aider une petite fille handicapée, qui rêve de jouer de la guitare mais qui est rejetée par les professeurs des environs. Malgré son refus du début : «Mais je ne suis pas prof de musique !» Il se laisse séduire par l’anthousiasme de l’enfant. Il met au point un méthode spécialement adaptée à la fillette et se trouve pris dans l’engrenage. Il testera sa méthode sur une petite fille de 6 ans et devant sa joie, il laisse tomber sa carrière d’éducateur spécialisé pour se consacrer à l’enseignement de la musique. La Méthode est maintenant connue sous le nom de «Méthode Daniel»
Qu’est ce que c’est ?
Auteur-Compositeur Interprète, membre de la SACEM, multi-instrumentiste enseigne le banjo, la basse (son instrument de prédilection), le chant, la guitare et le piano
La Méthode Daniel Aperçu détaillé ici
Mon École de Musique à la Maison
Joël
© 2014-2022 Polycordes - Joël Daniel - site réalisé avec Web Designer de
Premiers pas vers la musique à l’âge de 6 ans, grâce à l’organiste du village. Joël fait l’apprentissage du piano et de l’orgue en jouant sur un harmonium. Plus tard, à 9 ans, il prend des cours de solfège en cours individuel, ce qui lui permet d’avancer beaucoup plus vite que s’il s’était trouvé dans une classe de solfège traditionnelle. D’autant plus, que son professeur est très exigeant. A 12 ans, il reçoit sa première guitare et joue ses premiers accords dans le club de jeunes de son village. Son niveau de solfège l’aide à avancer très vite et il s’achète des livres de guitare classique qu’il dévore en peu de temps. A 14 ans, il fonde son premier groupe avec des copains de collège. Ils ont trouvé son nom dans une partition : Dry Joker». Le groupe se produit dans les kermesses d’écoles mais est très vite remarqué et en peu de temps, il anime d’abord des mariages, puis des bals. Le groupe tournera sur les routes pendant presque 10 ans. A 16 ans, suite à son premier job d’été, Joël s’achète une basse. Il en rêve depuis des mois et pense que la qualité musicale de Dry Joker s’en trouvera améliorée. Malgré leur réticence du début, les autres membres se rangent à son avis. Il prend des cours à l’Ecole de basse de Michel Surgot, mais il doit le plus gros de ses progrès «sur le tas tas» grâce au fait qu’il doit reprendre avec Dry Joker, les tubes qui font danser… Un jour, on lui demande d’aider une petite fille handicapée, qui rêve de jouer de la guitare, mais qui est rejetée par les professeurs des environs. Malgré son refus du début : «Mais je ne suis pas prof de musique !» Il se laisse séduire par l’anthousiasme de l’enfant. Il met au point un méthode spécialement adaptée à la fillette et se trouve pris dans l’engrenage. Il testera sa méthode sur une petite fille de 6 ans et devant sa joie, il laisse tomber sa carrière d’éducateur spécialisé pour se consacrer à l’enseignement de la musique. La Méthode est maintenant connue sous le nom de «Méthode Daniel»