Alors que je donnais un cours de guitare à ses sœurs, le petit Nicolas dessinait sagement sur la table basse de la pièce d’à côté. Au moment où je prenais congé, il s’approcha de moi et me tendis une feuille sur laquelle il y avait ce dessin : Quand je lui demandais où il avait trouvé son modèle, il me répondit : «Il n’y a pas de modèle. C’est moi qui l’ai inventé.» 8 ans seulement et déjà un vrai sens artistique et une imagination débordante ! Alors, je lui ai promis que son oiseau fantastique servira de modèle pour le futur logo de Polycordes. Quelques temps plus tard, le dessin de Nicolas inspira une de mes jeunes élèves. Pendant les vacances scolaires, elle s’amusa avec l’ordinateur qu’elle avait hérité de son père. A son cours suivant, Marion me présenta ce dessin (à gauche) : Je lui demandais alors si les touches de clavier qui composaient la queue, pouvaient ressembler un peu plus à des plumes. Alors, elle me fit parvenir ce deuxième dessin : Elle lui avait donné le nom de « Pioupiou 2» Plus tard, Marion prit l’initiative de «relooker» son «pioupiou». Elle trouvait qu’il avait trop l’air d’un oiseau de dessin animé. Elle voulait qu’il ait l’air plus réel. Bientôt, elle m’envoya «Pioupiou 3 » : «On pourrait écarter le nom «Polycordes» de l’oiseau ?Tu y as mis ta signature quelque part ?» Demandais-je. Alors elle m’envoya « Pioupiou 3 » avec quelques détails supplémentaires. «C’est dommage, tu avais mis un micro à ton premier «pioupiou» remarquais-je… Alors «Pioupiou 3» serra un micro dans sa «pince». Mais il y avait encore un problème : le cou du « Pioupiou » était censé rappeler un manche de guitare, donc être droit. Alors « Pioupiou 4 » a vu le jour. Il y avait juste un petit souci à mes yeux : normalement, les cordes de la guitare ne sont pas du côté de son dos… Mais Marion voulait le garder tel quel : C’était son préféré… Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de «Pioupiou 5» (autant continuer à lui donner le nom que Marion lui a attribué, non ?), qui rejoins plus l’esprit du dessin de Nicolas. La vie nous réserve parfois de belle découvertes. Nous (le bureau de Polycordes) avions une amie passionnée de dessin, avec un magnifique coup de crayon, et nous ne le savions pas ! En discutant de ce que le dessin de Nicolas nous inspirait, on a finit pas trouver les caractéristiques du «pioupiou» de Polycordes qui correspondait à l’esprit Polycordes : La tête d’un paon, le corps et le cou du «pioupiou» de Nicolas, les ailes du «pioupiou 4» de Marion et la queue de l’oiseau-lyre (la lyre étant l’un des plus anciens instruments de musique connus) Et voilà le résultat ! Merci Coralie !
L’oiseau Polycordes
D’où vient-il ?
Pioupiou 2
Pioupiou 3
    Pioupiou 1
Alors que je donnais un cours de guitare à ses sœurs, le petit Nicolas dessinait sagement sur la table basse de la pièce d’à côté. Au moment où je prenais congé, il s’approcha de moi et me tendis une feuille sur laquelle il y avait ce dessin : Quand je lui demandais où il avait trouvé son modèle, il me répondit : «Il n’y a pas de modèle. C’est moi qui l’ai inventé.» 8 ans seulement et déjà un vrai sens artistique et une imagination débordante ! Alors, je lui ai promis que son oiseau fantastique servira de modèle pour le futur logo de Polycordes. Quelques temps plus tard, le dessin de Nicolas inspira une de mes jeunes élèves. Pendant les vacances scolaires, elle s’amusa avec l’ordinateur qu’elle avait hérité de son père. A son cours suivant, Marion me présenta ce dessin (à gauche) : Je lui demandais alors si les touches de clavier qui composaient la queue, pouvaient ressembler un peu plus à des plumes. Alors, elle me fit parvenir ce deuxième dessin : Elle lui avait donné le nom de « Pioupiou 2» Plus tard, Marion prit l’initiative de «relooker» son «pioupiou». Elle trouvait qu’il avait trop l’air d’un oiseau de dessin animé. Elle voulait qu’il ait l’air plus réel. Bientôt, elle m’envoya «Pioupiou 3 » : «On pourrait écarter le nom «Polycordes» de l’oiseau ?Tu y as mis ta signature quelque part ?» Demandais-je. Alors elle m’envoya « Pioupiou 3 » avec quelques détails supplémentaires. «C’est dommage, tu avais mis un micro à ton premier «pioupiou» remarquais-je… Alors «Pioupiou 3» serra un micro dans sa «pince». Mais il y avait encore un problème : le cou du « Pioupiou » était censé rappeler un manche de guitare, donc être droit. Alors « Pioupiou 4 » a vu le jour. Il y avait juste un petit souci à mes yeux : normalement, les cordes de la guitare ne sont pas du côté de son dos… Mais Marion voulait le garder tel quel : C’était son préféré… Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de «Pioupiou 5» (autant continuer à lui donner le nom que Marion lui a attribué, non ?), qui rejoins plus l’esprit du dessin de Nicolas. La vie nous réserve parfois de belle découvertes. Nous (le bureau de Polycordes) avions une amie passionnée de dessin, avec un magnifique coup de crayon, et nous ne le savions pas ! En discutant de ce que le dessin de Nicolas nous inspirait, on a finit pas trouver les caractéristiques du «pioupiou» de Polycordes qui correspondait à l’esprit Polycordes : La tête d’un paon, le corps et le cou du «pioupiou» de Nicolas, les ailes du «pioupiou 4» de Marion et la queue de l’oiseau- lyre (la lyre étant l’un des plus anciens instruments de musique connus) Et voilà le résultat ! Merci Coralie !
L’oiseau Polycordes
D’où vient-il ?
Pioupiou 2
Pioupiou 3
    Pioupiou 1
Mon École de Musique à la Maison
© 2014-2019 Polycordes - Joël Daniel - site réalisé avec Web Designer de